PREMIERES FOIS


Après 12 représentations chez l’habitant P’tit Gus a pris son envol chez les pros à Plestin lès Grèves (An dour meur) et à Scaër (espace Youenn Gwernig). Bourrasques de retours aussi positifs les uns que les autres. Oui je crois qu’on a tous bien bossé sur ce coup là et qu’il semble que ce spectacle ait le vent avec lui comme dirait Yann Simon. C’est le moment de remercier celles et ceux qui y ont contribué, celles et ceux qui y ont cru. Alors pêle mêle ce sera mercis à : Anne, Chantal G, Chantal J, Charlotte, Gaedig, Marinette,Nolwenn, Jérôme, Vincent, Seb, Jeff, l’Aire libre, Itinéraire bis, les Arpenteurs, la Paillette, le Volume, le Strapontin, Le Fourneau, Act’arts, Desarticulés, Grain de sel, An Dourmeur, Mikis, David, , Antoine, Achille, Alain, Nicolas, Sébastien, La Région Bretagne, Le CG35 et la DRAC Bretagne, Hubert, le Groupe Ouest, les habitants et la chaleur de cette période entre Noël et le nouvel an. Spécial remerciements à Auguste, Parrain, Marraine, Tonton, Jean Paul et Roland les voisins musiciens et puis Lisa et puis Charlie qui m’ont bien remis en selle au moment où je me pensais perdu. P’tit Gus c’est aussi vous, mercis.

Capture d’écran 2013-01-24 à 12.05.02 Essai de Nolwenn Blouin pour l’affiche

Impressions de première, Anaïg commente : « Quel bonheur ce spectacle! J’étais dans la salle hier soir à Scaër et j’ai adoré ce moment d’intimité que tu nous a offert Jean-Louis. Une histoire toute simple, la tienne, dans laquelle forcément on peut retrouver une part de nous-même. Et on en sort ému mais détendu, serein, heureux d’avoir partagé ce beau moment. Et on s’interroge sur tous les moments forts de notre propre jeunesse, on est heureux de se rappeler les gens qui nous ont aidés à devenir ce que sommes, le parrain ou la marraine qui donne le coup de pouce qu’il faut juste au bon moment. Bref, merci mignon et bravo aussi pour la performance musicale, j’ai adoré chaque minute. Un spectacle à voir absolument, quelques larmes et beaucoup de rire, pour se mettre d’équerre avec soi-même. Pokoù »

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *